dimecres, 7 d’abril de 2010

Bilan du premier jour du retour des 12 activistes Sahraouis des droits de l'homme dés leurs arrivés à la ville de El Aiun / Sahara Occidental


El Aiun 06 Avril 2010.

Ce soir mardi le 06 Avril 2010 vers 17 Heur Locle de la ville de El Aiun / Sahara Occidental. Les 12 défenseurs des droits de l'homme Sahraouis, qui ont étaient dans une visite humaine dans les camps des réfugies Sahraouis dans le sud de l'Algérie depuis Mars dernier.

A leurs arrivés dans l'aéroport de la ville de El Aiun vers 17h, ils ont trouvaient un rassemblement de plus de 700 colons marocains à leurs réception, organisaient comme dirigeaient par les autorités marocaine, qui ont préparaient cette ironie, qui a était accompagner par des insultes, des craches, des agressions verbales inimaginables, même ils ont agressaient ces défenseurs des droits de l'homme Sahraouis dans le hall de l'aéroport devant les yeux des forces de sécurité marocaines, qui n'ont pas réagie avec le moindre des gestes ni humain, ni de galentrie pour sauver ces activistes , par contre ils ont encourageaient les agresseurs de persister leurs torture contre les innocents activistes.

Les membres de la délégation ont indiquaient que dès leurs arrivée à l'aéroport, ont étaient attaqués par une masse de colons avec la bénédiction des forces de sécurité marocaines, qui ne sont pas intervenus pour faire cesser cette attaque qui a était par des centaines de colons, une attaque qui ne peut être jamais spontanée, et qui encadré par les fameux bourreaux marocains officiers: Aziz Anouche, et Khaled Baraka. Surtout que l'aéroport de El Aiun est connu internationalement par ses lourdes mesures sécuritaires. Et selon les témoins les activistes ont été brutalement torturés, comme ces colons l'ont déshabillaient.

Comme nous vous informons que les défenseurs des droits humains sahraouis, Mme Djimi Lghalya, Mme Fatimatou Ismaili, Mr Bachir Khfaoni, Mr Hmaida Rahmouni et Mme Yehdiha Balali, ont été tous victimes d'une agression par une foule de colons, simplement parce qu'ils étaient dans la réception de leurs amis activistes, on signalant que le pare brise de sa voiture a été complètement cassé et celui de la voiture du Mme Djimi, ainsi que la blessure du militant Rahmouni au niveau de son œil.

Et après s'être débarrassé des agresseurs grâce a l'aide de citoyens sahraouis, les activistes ont essayés de s'introduire dans leurs domiciles, qui ont étaient sous un contrôle rigide des force sécuritaires marocaines, afin qu'il n'y auras aucune signe de joie des sahraouis, ces forces ont intervenus brutalement devant la maison de Mr Sidi Mohamed Dadach dans le quartier Irak dont ont ignorent encore la liste des victimes.

En outre, selon l'activiste sahraoui des droits humains Mr Asfari Naama, qui était parmi la délégation que les autorités marocaines ont préparés l'attaque contre eux, il a indiquer que des observateurs internationaux ont été empêché de prendre le même vole afin de voir la réalité dans la ville de El Aiun, le faite que tous le monde soit prêt pour le plus pire des grave violations des droits de l'homme dans la zone sous contrôle marocain du territoire du Sahara Occidental , ce qui prouve que c'est une politique systématique d'agression et de violation des droits de l'homme marocaine au Sahara Occidental, et qui est inchangeable.

Et voici une liste préliminaire des victimes de cette attaque féroce :

-Nguiya Daddach (4 ans): Blessures au niveau de sa main.

-Sultana Jaya: militante: Blessures au niveau de la tête et du visage.

-Fakka Abdadi: militante: Blessures au niveau de son deux épaules.

-Mariam Borhimi: Blessures au niveau du pied.

-Marmada Mohamed salem boujari: Blessures au niveau de son avant bras.

Ainsi qu'un grand nombre qu'ont n'a pas pus détecter le niveau de leurs blessures tel:

Hayat Knibila (enfant de 4 ans), les militants: Djimi Lghalya, Bachir Khfaoni, Dafa Sidi Moulod, Mahyoub Oulad cheikh, Hassana Lwali, Mailimnin Swayeh, et les citoynes Sahraouis: Hmaida Rahmouni, Yehdiha Haimouda, Fatimatou Ismaili.

Font: CODAPSO


Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada