dilluns, 6 de desembre de 2010

Les événements et les conséquences de l'odieuse agression des colons marocains sur les élèves sahraouis à Smara / Sahara occidental:


Smara / Sahara occidental
30 novembre / Novembre 2010

Premièrement :
Préface:        
Depuis le démantèlement forcé de l'armée et les diverses fractions  de sécurité  marocaine du camp  Gdaym Izik le 08  Novembre 2010 à 12 kms à l’est de El aiun principale ville du Sahara occidental, et ce qui la suit des violations flagrantes des droits de l'homme qui  ont affectés tous les sahraouis soit dans le camp ou bien dans la ville.

Et dans la partie sous contrôle marocain du territoire du Sahara occidental qui vis sur l'impact du siège complet, ainsi que sur les restrictions non seulement à El aiun mais dans l’ensemble des villes du Sahara occidental, y compris  la ville de Smara qui n’as pas déraillé du même axe, l’axe de la signature de diverses formes de violations des droits de l’homme contre le peuple sahraoui dans la ville, surtout celui de la surveillance des activistes afin de limiter leurs mouvements. Et Le grand  souci c’est d'inciter et d’acharner les colons marocains contre les sahraouis, comme titre de proxy pour servir certaines politiques systématiques des autorités marocaines afin de neutraliser et de faire taire la voix Sahraouie de ne pas réclamer aucun droit spécialement celui à l'autodétermination.
 
Le Comité pour la défense du droit à l'autodétermination pour le peuple du Sahara occidental CODAPSO, a suivi ce qui s'est passé à Smara / Sahara occidental et il a préparé le rapport suivant.

Deuxièmement:
Les faits:
 Des groupes de colons marocains sous une escorte de police marocaine  le 29 Novembre 2010,ont attaquaient  des dizaines d'élèves  sahraouis dans  l'établissement scolaire secondaire nommé « Prince Moulay Rachid » au sein de dix heures du matin, et c’est le temps de la récréation matinale, et sans avertissement, des dizaines de colons marocains y compris des élèves du même établissement scolaire, la plupart d’eux sont des intrus armés de couteaux, des épées et des bâtons, en portant des drapeaux marocains et des photos  du roi du Maroc, où ils ont attaquaient les élèves innocents Sahraouis qui ont étaient sans défense, cette attaque a fait des dizaines de victimes tous  sahraouis, certains d'entre ont été grièvement blessés, le faite qui a nécessité le transfert de beaucoup d'entre eux vers le service des urgences  à l'hôpital provincial de la ville.
 
Selon les témoignages des victimes pour le Codapso , tel le témoignage des victimes "Lamira Lbalek" (19 ans) et l'élève "Ali Olfdil" (20 ans), dans lesquelles ils ont réclamaient qu’ ils ont  été «surpris le lundi 29 de Novembre, tandis que les élèves étaient en récréation pendant 10 minutes avant de retourner à leurs classes, par une attaque avec un usage excessif de force menée par des dizaines de colons contre eux, où ils ont usés des  armes blanc (couteaux , rasoirs, et bâtons) afin de nuire les étudiants sahraouis, cette attaque qui a duré près d'une heure.

Cet acte odieux inhumain qui a introduisait des dizaines de victimes, dont des élèves grièvement blessés. "
 
Le Comité a conclu suite à sa couverture  de ces événements que les attaques des colons marocains  contre les élèves Sahraouis était probablement à l'instigation des autorités marocaines, représentées  dans le nommé  "Brahim Boutoumilate" qui exerce la fonction du  Pacha dans la ville et les services de sécurité, conduit par des agents de sécurité connues à la torture et la cruauté contre les sahraouis, surtout la fameuse brigade connus sous "Brigade de la mort", la version qui la favorise les déclarations de certains témoins pour le Codapso , dans lesquelles ces victimes ont affirmé la présence personnelle du Pacha, et la couverture des services de sécurité de l'attaque, même plus certains témoins ont affirmés qu’ils y’avaient des  éléments de sécurité qui ont dirigées ces colons, et qu’ils ont fournis des armes blanches comme les couteaux et les bâtons, tout cela renforce l'hypothèse que l'intention de cet attaque a été systématique et réalisé par les autorités et les services de sécurité marocains dans la ville.
 
Après que les autorités, en plus des services de sécurité marocaines ont dirigeaient l'attaque contre la élèves sahraouis, et après qu’ils ont effectués  leurs attaques, ils ont  encerclés  toutes les entrées et les sorties de cet établissement scolaire , comme ils ont empêchés les familles Sahraouies d’y accédées ni de s’approcher de l'endroit après avoir appris les nouvelles que leurs enfants ont été cible d’une attaque charognard , même plus et sous la présence du Pacha, ces autorités ont quasiment interdit quelques-unes des mères qui ont insisté sur l’évacuation de leurs enfants, par contre ils ont facilitées l’accès d’un nombre de colons marocains vers la scène du crime sous la couverture de la sécurité sans rendre comptes, tout cela renforce l’hypothèse  de l’extrême complicité des autorités et les services de sécurité marocains avec les agresseurs.
 
Non seulement les colons  ont attaqué les élèves  sahraouis dans cet institution, mais ils ont terminés leurs attaques en organisant une marche  dans l’avenue  principale (Avenue Hassan II) en face de cet établissement scolaire en portant des drapeaux  du Maroc, ainsi que leurs armes blanches escortés par des voiture de la police pour sécuriser la route de cette marche, et dans laquelle ils ont ciblé les maisons des sahraouis à côté de l'établissement  et dans cet avenue, y compris les domiciles des familles:
 
• Domicile de la famille: Taher Lanssar, bloc 1, le nouveau quartier de Smara.
• Domicile de la famille: Laabidi hmaim, quartier des bâtiments Avenue Hassan II Smara.
• Domicile de la famille: Sharif Mohamed Ould Omar, bloc 1, le nouveau quartier de Smara.

Troisièmement: Les pertes matérielles et les victimes:
-1 - Les pertes matérielles:
Cette attaque a laissé de grand dégâts  matériels  au niveau de l'infrastructure de l'établissement scolaire : les salles de classe où les colons marocains ont cassés, détruis les bureaux, les fenêtres, les portes, les vestiaires, et d’autres installations tél que:
• Les : portes, tableaux, étagères, tables, bureaux et le verre des fenêtres sont tous cassés.
• La destruction des systèmes d’éclairage ainsi que l’installation d’eau.
• La destruction totale des équipements des laboratoires.
• la perturbation et la destruction des documents  de l’administration de cet établissement.
• le pillage et le vol de toutes choses à grande valeur.
• la confiscation des documents et des archives des élèves Sahraouis.

-2 - Les victimes:
• Toutes les victimes ont été des élèves sahraouis  dont le nombre est de trente et une victime, (voir l'annexe).
• Beaucoup de victimes ont subi des graves blessures, le faite qui les a obligé à leurs transfère  urgent vers l'hôpital provinciale de la ville.
• Le Comité a examiné les traces de sang sur les murs et les planchers dans les salles de classe qui appartient à des étudiants sahraouis.
• Les membres du comité ont visité les blessés à l'hôpital de Smara dont le nombre et  de vingt-trois cas, et ils se sont tenaient personnellement à leur état de santé inquiétant, ainsi que la manipulation inhumain de personnes en charge de ce service public.
• La plupart des blessés ont été transportés vers l'hôpital par leurs familles ou grâce à d’autres Sahraouis dans  l'absence totale de moyens de transport public et d'ambulance.
• les médecins ont refusé de confier des certificats médicaux attestant le niveau et la gravité de l’agression aux victimes, afin de ne les pas utilisés comme preuves contre les agresseurs pour éviter toute poursuite judiciaire.
• Sept des victimes dont leurs situation est hautement grave  ont été évacué vers l'hôpital militaire de la ville de Guelmim  Sud /Maroc.
• Un seul cas a demandé son transfert vers l’un des hôpitaux d’Agadir / Maroc.

Quatrièmement: Recommandations:

Le Comité  du Codapso déclare le suivant:

v Sa forte condamnation de ces actes criminels commis par les colons marocains sou l’encadrement des autorités marocaines contre les élèves sahraouis et contre  leur familles.
v Sa solidarité absolue avec les élèves sahraouis victimes de cet attentat odieux.
v Son dénonce de la politique raciste des autorités marocaines d’acharner les colons marocains contre les civils sahraouis et son exploitation des colons pour passer leurs violations dans le domaine des droits de l'homme.
v Sa réclamation de mener une enquête ouverte, transparente et impartiale dans le cadre de l'attaque qui a fait comme bilan des dizaines de victimes parmi les innocents élèves sahraouis.
v Sa demande de traduire les auteurs de cet acte ignoble à la justice et de traduire les  responsables réels devant la justice surtout le Pacha et le chef des forces de sécurité marocaines dans la ville.

  Pièces jointes:

- Listes des élèves sahraouis blessés:
- Le nom de l’élève Sahraouie qui a été transféré vers l’hôpital  d’Agadir / Maroc:
         - Buthaina Dlaimi: Blessures au niveau de l’ensemble de son corps, et elle est dans un état trop grave selon le témoignage de sa famille.

- Les victimes qui ont été transféré vers l’hôpital militaire de Guelmim / Sud Maroc:
1. Tfarah Tabet: Blessures au niveau de la tête et des épaules.
2. Rabab Hamoudi: Blessures au niveau de l’ensemble de son corps.
3. Houriya Hamoudi: Blessure au niveau de son pied.
4. Dwayja Leajal: Blessures au niveau de l'épaule, le bras et la tête.
5. Nadifa Barikallah: Blessures au niveau des épaules et du dos.
6. Olaia Siba: Blessure au niveau de la tête.
7. Ibrahim Khouna: Blessures au niveau de l'avant-bras et la jambe.

- Les victimes qui ont été prises à l'hôpital provincial de Smara / Sahara occidental:
1. Fatma Adli: Torturée par la police et blessée au niveau des épaules.
2. Ahmed Idrissi: Blessure au niveau de la main.
3. Swaylihi Lemaadal: Blessure au niveau de la main.
4. Bassiri Ahmed: Blessure au niveau du dos.
5. Hanini Yahdih: Blessure au niveau de la main.
6. Mariam Zaawati: Blessure  au niveau de la jambe.
7. Swaylika Hmaim: Grièvement blessé au niveau du dos.
8. Mbarka Lebaihi: Blessure au niveau du pied.
9. Babouzayd Mehdi: une jambe cassée.
10. Hamoudi Rgaybi: Blessure au niveau du bras.
11. Khadaja Jenhaoui: Blessures au niveau du bras et des pieds.
12. Omar Boknyn: Blessure au niveau de la tête.
13. Habib Siba: Blessure au niveau du pied.
14. Nadifa Boukla: Blessures au niveau de la main et du visage.
15. Hamza Lebaihi: Blessure au niveau du pied.
16. Warda Amenkor: Blessure au niveau de la main.
17. Professeur Abdullah Chichaoui: Blessures au niveau des mains et des bras.
18. Hamza Bardaley: Blessure au niveau de la main.
19. Mustapha Zaikem: Blessure au niveau de la main.
20. Lamira Lbalek: Blessure au niveau du pied.
21. Zahra Kazaz: Blessure au niveau du pied.
22. Ali Olfdil: Blessure au niveau de l'épaule.
23. Mohammed Dadda: Blessure au niveau du visage.

- Photos des victimes et des traces de sang, ainsi que la taille de la destruction de l'établissement scolaire (Lycée Prince My Rachid).
              
- Liens des vidéos des témoignages des victimes.
              Voir les liens: ....
 
Source: CODAPSO

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada